Information sur le radon

publié le 12 juin 2019

Deux demi-journées d’information sur le radon sont organisées à Vire et à Cherbourg, 11 et 12 juin 2019 sur le thème du radon.


Pourquoi s’intéresser au radon dans notre région, quels sont les risques ?
Le radon est un gaz radioactif, qui provient de la désintégration naturelle de l’uranium présent dans certaines roches.

Via le sol, il peut pénétrer dans les bâtiments et s’accumuler par effet de confinement. Dans notre région, des communes, majoritairement situées sur le massif armoricain, dans la partie ouest de la Normandie, sont concernées par ce risque.

Pour la population française, le radon constitue la première source d’exposition au rayonnement ionisant et représente en moyenne plus de la moitié de la dose due aux rayonnements d’origine naturelle, mais avec de fortes variations géographiques, en fonction de la nature géologique des terrains.

Les risques pour la santé liés à l’inhalation de radon et ses descendants ont été établis à partir de nombreuses études menées chez l’homme et l’animal. Le centre international de recherche sur le cancer (CIRC) a ainsi classé le radon comme cancérogène pulmonaire certain pour l’homme. En particulier, les interactions entre exposition au radon et tabagisme sont très fortes avec des risques cancérigènes surmultipliés.

L’exposition au radon est la conjonction de deux facteurs  : la concentration de radon dans l’air et la durée d’exposition. Ainsi, l’habitat constitue le premier lieu d’exposition, suivi par les lieux de travail et les établissements, où le public séjourne durablement.

Quelles sont les objectifs de cette demi-journée ?
La règlementation relative à la prévention de l’exposition au radon a récemment évolué avec la transcription, par le décret du 4 juin 2018, de la directive européenne dite directive EURATOM du 5 décembre 2013.

Le nouveau dispositif règlementaire fixe des obligations de surveillance des concentrations en radon dans certaines catégories d’établissements recevant du public situés sur des zones à risque significatif, et prévoit aussi l’information des acquéreurs et locataires de biens immobiliers.

Les services de l’Etat ont souhaité organiser cette demi-journée d’information pour les collectivités et établissements situés sur les zones à risque radon significatif dans notre région afin  :

  • d’apporter un éclairage sur les risques, et vous présenter la cartographie des zones à risque dans notre région.
  • de présenter les obligations règlementaires qui concernent les établissements recevant du public, les locaux de travail et les particuliers ;
  • d’informer sur les moyens de prévention dans les bâtiments et l’habitat. Si la concentration de radon fluctue en fonction de la nature géologique du sol (facteur sur lesquels l’homme ne peut pas intervenir), elle dépend également des caractéristiques techniques des bâtiments et c’est sur ce point qu’il est possible d’agir. Le radon est un polluant de l’air intérieur. Les solutions techniques qui permettent de limiter les risques d’accumulation de radon dans un bâtiment seront aussi bénéfiques à la qualité de l’air intérieur et vice versa. C’est pourquoi, bien que les règlementations qualité de l’air intérieur et radon soient parues, à des chronologies différentes, les actions mises en œuvre sur la qualité de l’air intérieur, notamment sur les conditions de ventilation des locaux serviront également à prévenir des risques liés au radon.
  • de présenter des retours d’expériences : des collectivités et établissements situés dans le Calvados (qui était déjà en zone à risque dans la précédente règlementation) ont déjà mis en œuvre les obligations règlementaires. La ville de Vire Normandie, l’université de Caen (avec l’IUT de Vire) et la Région Normandie (sur ses Lycées) ont accepté de présenter leur expérience.

► Pour en savoir plus, site internet ARS : https://www.normandie.ars.sante.fr/le-radon-2